Cheminement d’une exposition

A Paris

boîte à chapeauxCoiffé de son chapeau de « Glaneur-recycleur-sculpteur » Daniel Burgi amasse, engrange, récupère et réunit des bouts de ferrailles, des boîtes de conserves rouillées, des morceaux de tôles gondolées, pleins de trucs hors d’usage, tout juste bon à être mis à la poubelle. Ensuite il s’enferme dans son atelier, met ses lunettes magiques pour voir ce qui se cache derrière les pièces de fers tordus, et durant des jours et des nuits, il cisaille, soude, coupe, façonne et donne vie à des sculptures métalliques de petits bateaux, de cargos, de phares, tout ce qui glisse sur l’eau et nous fait rêver.

En Bretagne

Enfin, lorsque la lumière le permet il se couvre de son chapeau d’ « Artiste-photographe-metteur en scène », met la voile à l’ouest et emmène ses créations sur des rivages côtiers et fluviaux. Il les dispose sur une rivière, un filet d’eau, l’estran, parfois en situation de naufrage, parfois voguant librement. Et cela produit d’étranges coïncidences avec la réalité. L’artiste observe et immortalise chaque scène d’un clic de son appareil photo. Échouées sur les grèves ou glissant sur l’eau ses petites constructions minutieusement façonnées nous parlent de notre monde mais à travers une lentille rétrécissante.
Comment ce petit bateau qui vogue sur l’eau, ce cargo échoué, ce phare exposé aux intempéries peuvent-ils dire nos fêlures, nos rêves d’évasion, nos fragilités ?

Parfois Marie an Avel l’accompagne, le photographie à son tour, tout en l’observant dans le déroulement de sa mise en scène. Puis ils se retrouvent autour d’un bon verre de vin pour partager les émotions suscitées par l’intrépide escapade des petits bateaux ou la majesté d’un phare éclairé des lueurs changeantes d’un éblouissant coucher de soleil.

Au fil de l’eau , au fil des mots …

au_bord_de_la_merLes photographies sont le cheminement visible de l’exposition, le coté émergé. La partie immergée, invisible, c’est l’histoire écrite et imaginée par Marie an Avel.
L’auteure a elle aussi un carton à chapeaux bien rempli. Elle a longtemps porté le chapeau de professeur d’art dramatique pour les enfants et les adultes mais également celui de comédienne dans une troupe orientée dans le spectacle jeunesse. Après avoir adapté de nombreux contes pour la scène elle a définitivement gardé la coiffe d’auteure, l’important pour elle étant de raconter des histoires. Elle aime lier l’image et la lettre. Les photographies de Daniel Burgi l’inspirent et font glisser sa plume vers des contrées inexplorées. Sur les rivages d’Armorique où elle chemine souvent pour contempler la beauté de la mer et du ciel,  les petits bateaux lui ont raconté leur escapade. Elle n’a fait que retranscrire leur désir d’évasion. Mais pour cela il fallait son oreille attentive…