Ecrire

Nous avons faits écrivains ceux qui n’ont fait, après tout, qu’écrire. L’écrivain est une conséquence, on n’est écrivain que parce qu’on écrit. C’est une lapalissade, je sais, mais qu’il est bon de rappeler. Je crois même qu’on ne se rend pas compte de la vérité et de la profondeur de cette évidence. Alors écrivons, noircissons des carnets par milliers, tâchons de dénouer ce qui en nous attend d’être dit ; préoccupons-nous le moins possible du style, il prendra forme au fil du temps, au fil des pages. Il faut tâcher de parvenir enfin au confluent de ce qu’on a lu, de ce qu’on lit et qui nous travaille, et il faut bondir encore au-delà...