Dialogue photo/texte

Devant la mer

Chaque jour naît ici, puis se détruit puis se refait, au rythme du ressac.

Quand on est devant la mer, tout peut apparaître, disparaître, comme sur une pierre qui n’a pas été sculptée. C’est peut-être pour cela, parce que tout est possible, comme sur une planète étrangère, que les hommes viennent vers elle. C’est peut-être parce qu’il n’y a pas de murs, pas de barrières. Parce que c’est le lieu du danger. Alors chaque jour, tandis qu’au dehors, dans les couloirs et les abris des villes, dans les cachettes des montagnes, à la source des fleuves, la vie amoncelle les années et trace ses dessins toujours semblables, ici apparaît la nouveauté. Chaque jour naît ici, puis se détruit puis se refait, au rythme du ressac.

— J.M.G. Le Clézio, L’inconnu sur la terre

Image à la une ©Marie an Avel
%d blogueurs aiment cette page :