Mathurin et les Sentinelles du temps

Conte intemporel illustré

Elles président à nos naissances, décident de nos destins et tranchent, quand le temps est venu, le fil de la vie.

Mathurin vit seul avec sa mère sur une île bretonne. Il aime rafistoler sa vieille barque et flâner dans la forêt de pins. Suzon, la petite orpheline adoptée qui se passionne pour la danse est sa meilleure amie. Mathurin rêve de l’épouser… Seulement il y a le temps, et le temps quand on a dix ans a l’air de prendre tout son temps, ce qui n’est pas pour plaire à Mathurin. Jusqu’au jour où il rencontre les fileuses du destin…
Lire un extrait ►

Il n’est rien de plus précieux que le temps, puisque c’est le prix de l’éternité.
— Louis Bourdaloue, 1632-1704

  • Auteure : Marie an Avel
  • Illustrateur : Sylvano Bulfoni
  • Date de parution : Décembre 2016
  • ISBN : 979-10-94-771-08-2
  • Pages : 114
  • Genre : Conte intemporel tout public
  • Livre papier : 12,50€
  • eBook : 4,50€

POINTS DE VENTE

Version papier ►

Mathurin et les Sentinelles du temps

Livre jeunesse illustré en noir et blanc – expédié par Exp.éditions imaginaires – 12,50€ + 3,50€ de frais de port (uniquement pour la France, pour un envoi à l'étranger remplir le formulaire au bas de l'article)

€16,00


Version numérique ►

suzon
Certains ne savent pas où ranger ce livre, il n’entre dans aucune catégorie particulière. On peut le mettre avec les fictions jeunesse, les contes, les histoires régionales (tradition bretonne). Il est ainsi, il est libre ; c’est un livre illustré pour la jeunesse, un conte intemporel, une réflexion sur le temps qui passe…

Barbichon, Barbiche, disaient les anciens en souriant. Il faut se rendre à une veillée du hameau de Penera où se raconte la vie d’avant, où se transmettent les légendes et les contes pour comprendre la véritable raison de ce sobriquet. Pour les îliens, Mathurin ressemblait à s’y méprendre au beau korrigan qui rôdait autour du dolmen à la pointe sud de l’île.
illustrations_sb_mathurin
Les nuits de pleine lune il venait s’asseoir sur la pierre couchée et tout en lissant sa barbe en poil de lichen, il murmurait des sons et des songes, en regardant la mer.