Dans le bois

 

Sur le tapis mou du bois
Avancer à pas de velours
S’asseoir à votre pied
Dans le clair-obscur et le silence.
Loin des querelles du monde.
Écouter le bruissement de votre feuillage…
Et caresser alternativement
De la main et de l’œil…
Vous appeler à voix basse
Par vos noms merveilleux :
Chêne blanc. Tremble
Érable. Charme
Bourdaine. Osier. Bouleau blanc
Mes mille amis muets !…
— Anjela Duval, poétesse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s