Le livre d’artiste : La Lumière égarée

Les livres d’artistes se situent en marge, à la périphérie de la grande production de livres à laquelle tout lecteur, tout regardeur est habitué.
— Didier Mathieu

Toute écriture reste ce savant mélange entre une pensée, un support et un outil, qui laisse une trace.

Livre d’artiste : le contenu, la typographie, le format, la couverture, le papier, tous ces éléments relèvent du projet unique de l’artiste. C’est une œuvre qui forme un tout unitaire, une œuvre originale qui ne pourrait pas exister autrement que sous la forme d’un livre.

Ce qui est important, en outre, c’est que l’art sous la forme d’un livre peut être tiré en centaines d’exemplaires et peut donc être vendu à des prix très abordables auprès d’un public plus étendu, voire inattendu.

La Lumière égarée, nouvelle illustrée est le premier ouvrage de cette collection. Ce livre d’artiste ou livre singulier est une expression artistique qui utilise le livre comme support d’un travail artistique.
Il est composé de 19 pages en vis à vis accompagnées de 21 photos de l’artiste. Sur du papier à grain 180gr avec une reliure cartonnée faite à la main.


Les dryades
C’est un objet d’art qui s’apparente à une sculpture dans la mesure où, comme un beau livre, on aime le feuilleter, le toucher, le caresser ; on se laisse guider par la magie sensuelle du papier et sa mise en page attrayante.

Le livre d’artiste est un média d’art : au même titre que l’estampe, c’est une pièce de collection. Il vise à modifier notre perception et notre lecture car au-delà du texte ou de l’image, l’objet livre exprime aussi un propos.

Ma passion pour l’écriture et mon désir d’illustrer des expéditions imaginaires ont rapproché mes deux sensibilités artistiques. La photographie et l’écriture se sont réunis pour créer cet ouvrage.
Sa composition tient à plusieurs rencontres : une île, une nouvelle rédigée pour un concours, des photos prises au hasard des sentiers — un été de liberté ensoleillé, etc. C’est dans la matière et la durée que ce livre s’est élaboré : papiers, découpages, photographies, impressions typographiques, reliure et cartonnage, un travail artisanal.

L’approche bibliophile :

L’approche artisanale, plastique :
L’aspect plastique se révèle immédiatement mais sans prédominer sur la lecture, il s’agit d’un livre (non d’une feuille) qui place l’artisan, le plasticien, sur le terrain de la littérature.