Expositions

Rivages réinventés

Dans le tourbillon de la fête, une brèche s’est ouverte Timide comme un battement d’ailes Une invitation lointaine, douce comme une brise marine

Les petits bateaux sur l’eau…

Rivage, nom masculin
Terres limitant une étendue d’eau [Marine].
Synonyme – berge, bord, côte, grève, plage, rive.
(Se dit aussi en parlant des fleuves, des rivières, des lacs). C’est la partie de la terre qui borde la mer.

Généralement, on qualifie le rivage comme étant la frontière entre l’élément liquide et la terre ferme, sans que des frontières précises soient définies…
Cette exposition est un projet à quatre mains, un « tandem » né d’un besoin de partage et d’échange entre artistes. Les photographies de Daniel Burgi sont accompagnées des mots de Marie an Avel et de grands poètes, sans oublier cette artiste merveilleuse qu’est l’eau.

Photographies et poésies

Le rivage est plus sûr, mais j’aime me battre avec les flots.
— Emily Dickinson

Pourquoi y a-t-il toujours quelqu’un face à la mer ? Pourquoi ces jetées, ces digues, tous ces sentiers côtiers où l’on se croise ? Pourquoi tant de ferveur pour le rivage ?
en-vadrouilleN’est-ce-pas un appel de l’horizon, de l’infini, un infini qui se contente du bord et de sa douce protection. Le rivage nous offre une vue sur l’immensité en nous dispensant de tout départ. Même la tempête est un bonheur au bord de la mer, tant qu’on a les pieds sur le plancher des vaches. Le rivage offre le spectacle de l’incommensurable sans autre danger qu’imaginaire.

bagigAutour de l’histoire du « bagig », les visiteurs découvrent de nombreux textes de grands poètes tels que C.Baudelaire, A.Rimbaud, W.Whitman, J.Keats, etc., des poèmes qui racontent la mer, les phares, la navigation… Le bord de l’eau n’est ni tout à fait la terre, ni tout à fait la mer. Il est le lieu du passant, du promeneur.

echoue-946Le photographe Daniel Burgi a mis en scène et photographié ses sculptures miniatures, des sculptures de tôles plus ou moins rouillées qui portent la marque du temps.
L’auteure Marie an Avel raconte l’évasion de ce bagig abandonné sur une berge de la Seine. En longeant le fleuve il rencontre des errants comme lui, ensemble ils s’évadent vers des rivages plus enchanteurs.

Échouées sur les grèves ou glissant sur l’eau les petites sculptures minutieusement façonnées par Daniel Burgi nous parlent de notre monde mais à travers une lentille rétrécissante. Les mots de Marie an Avel les accompagnent et nous murmurent les pensées vagabondes de ces bateaux attirés par le vent d’ouest porteur d’embruns et d’histoires maritimes.

trait_dess

Partir, fuir ce fardeau quotidien , quitter cette poisse qui colle à la peau au cœur des cités. Dans le tourbillon de la fête, une brèche s’est ouverte Timide comme un battement d’ailes Une invitation lointaine, douce comme une brise marine

Pour aller un peu plus loin – Rivages réinventés : Au fil de l’eau
Pour en savoir plus : Cheminement d’une exposition

À propos Marie an Avel

Auteure indépendante. Je publie des livres numériques et papiers. Des fictions jeunesse et des histoires tout public.

0 comments on “Rivages réinventés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s