Catégories
Dialogue photo/texte

L’éblouissement de l’aurore

Une ardente lueur de paix
et de bonté.

L’aurore apparaissait ; Quelle aurore ?
Un abîme
D’éblouissement, vaste, insondable,
sublime ;
Une ardente lueur de paix
et de bonté.

Victor Hugo, La Légende des siècles – 1859

Diaporama – Aubes d’automne sur l’île d’Arz

7 réponses sur « L’éblouissement de l’aurore »

Victor Hugo a aussi écrit :

« L’aurore s’allume ;
L’ombre épaisse fuit ;
Le rêve et la brume
Vont où va la nuit ;
Paupières et roses
S’ouvrent demi-closes ;
Du réveil des choses
On entend le bruit ».

Quel art, pour parler de cet instant magique !

Aimé par 1 personne

La première fois que j’ai découvert la poésie de Victor Hugo c’était en classe avec son poème « Demain dès l’aube… », il m’avait vraiment émue. Accompagner cet homme triste qui chemine depuis l’aube jusqu’au soir pour déposer « un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur » à son enfant qui n’est plus. J’étais bouleversée. J’ai traversé le long couloir qui menait à la bibliothèque scolaire et j’ai cherché ses écrits sur les étagères. C’est dans cette bibliothèque toute simple et calme dont les fenêtres ouvraient sur un jardin que j’ai eu le coup de foudre pour la poésie. Un plaisir que je ne pouvais même pas imaginer. Après toutes ces années ce poète m’emporte encore et encore…

Aimé par 2 personnes

Oh là, Asphodèle tu es trop aimable ! J’ai tant à apprendre en poésie, en écriture … J’essaie de dire au mieux ce que je ressens et ce que je ressens est parfois si trouble qu’il me faut encore du temps pour clarifier ma pensée. Sinon pour l’île tu peux venir y rêvasser quand tu veux … ce joli cailloux est très accueillant, ceux qui y vivent à l’année sont un peu sauvages mais si tu grattes un peu leur peau d’ours (Enez Arh – l’île de l’ours) ils s’avèrent de joyeux compagnons…

J'aime

Commentaires fermés